Le 15 septembre appartient aux salariés

Le 9 septembre 2016
Share Button

Le 15 septembre prochain l’Intersyndicale FO CGTR FSU SOLIDAIRES UNEF appelle les salariés et tous ceux qui se sentent concernés  à un rassemblement devant la préfecture à St Denis et à St Pierre pour réclamer l’abrogation de la loi travail.

Que dire de plus pour convaincre les salariés de continuer à se battre contre les méfaits de ce texte qui a été un mauvais projet et qui est devenu une mauvaise loi . On l’a répété à maintes reprises, cette loi n’a pas fait l’objet d’un vote puisqu’elle a été imposée par le biais du 49-3. Cette loi est minoritaire chez les députés, chez les syndicats, chez les salariés et au delà ,sinon comment expliquer le million de signatures sur internet de la pétition pour exiger son retrait, comment expliquer les centaines de milliers de manifestants dans les rassemblements et défilés.

Les salariés comprennent que cette loi est celle du dumping social, du moins disant social, du travailler plus pour gagner moins, C’est la mise à bas des garanties collectives qui encadrent le code  du travail, c’est la disparition du principe de faveur, c’est l’inversion de la hiérarchie des normes qui fait que l’arbitraire patronal a désormais un boulevard pour mettre en place une règlementation à la carte dans les entreprises. Pourquoi s’en priverait il d’ailleurs?  Le code du travail qui protégeait les salariés passe ainsi à la trappe.

A FO, on ne lâchera rien et le combat continuera même sous d’autres formes car comment accepter la disparition des acquis sociaux conquis de haute lutte, l’augmentation du  temps de travail, la baisse du taux de majoration des heures supplémentaires, les heures sup qui pourront être payées ou pas etc….

Doit-on baisser les bras? Tirer un trait sur la douzaine de manifestations ? il appartiendra aux salariés de le dire le 15 septembre prochain.

 

 

Read previous post:
INTERDIRE L’EXPRESSION

Le Gouvernement a sauté le pas, il a choisi d'interdire la manifestation à Paris prévue pour jeudi 23 juin. Ce...

Close